23 février : vendredi 1° semaine de carême. Tous nos actes ont des conséquences … le pardon fraternel

« Si le méchant se détourne de tous les péchés qu’il a commis, s’il observe tous mes décrets, s’il pratique le droit et la justice, c’est certain, il vivra, il ne mourra pas. » Si, si … ce petit mot « si » revient un certain nombre de fois dans ce texte et son utilisation pourrait générer comme un malaise en nous. Le Salut que Dieu nous accorde est-il gratuit oui ou non ? Et s’il l’est, pourquoi toutes ces conditions ? D’autant plus qu’il y a deux séries de conditions parallèles : les conditions pour que le méchant accède à la vie et les conditions pour que le juste reste sur le chemin de la vie. Ça fait donc beaucoup de conditions ! Comment comprendre toutes ces conditions ? L’amour de Dieu est-il inconditionnel, oui ou non ?

Pour apporter une réponse à cette question, il me semble important de faire une distinction essentielle. Oui, c’est assuré, le Salut de Dieu est gratuit, donc sans conditions. Si on veut rester dans ce registre de la gratuité, on peut dire qu’il y en a Un qui a payé pour nous, nous l’avons médité dans le chemin de croix cette après-midi. L’amour de Dieu est gratuit, le Salut est inconditionnel, la seule condition, c’est justement que nous acceptions qu’il soit gratuit ! C’est vraiment assuré, c’est tout le message de l’épitre aux Romains. Mais il n’en reste pas moins vrai que Dieu nous prend au sérieux et que, s’il peut tout pardonner, il ne peut pas faire que nos actes n’aient pas de conséquences. Et c’est de cela que nous parle ce texte d’Ezékiel. Le méchant, par ses actes mauvais, il se pourrit la vie et il pourrit la vie de ceux qui l’entourent. Ça, c’est aussi vrai qu’est vraie la gratuité du Salut. 

Ce texte ne parle donc pas d’une punition éventuelle de Dieu pour les contrevenants à sa Loi, punition dans ce monde ou dans l’autre. Il met simplement en évidence une règle élémentaire : tous nos actes ont des conséquences, mais pas pour déterminer la place qui nous sera attribuée dans l’éternité, par contre, ils déterminent la qualité de notre vie et de la vie que nous faisons mener aux autres. Dans l’épitre aux Romians, Paul aura cette formule choc : le salaire du péché, c’est la mort ! (Rm 6,23) Oui, le péché nous fait mourir à petit feu et fait aussi mourir les autres à petit feu. Ce n’est pas une punition de Dieu, c’est la conséquence logique de nos actes. Ça semble bien évident, pourtant il y a des moments où nous avons du mal à l’admettre. Nous aimerions pouvoir pécher tranquillement sans que nos péchés n’aient de conséquences. Et, quand nous en mesurons la gravité, nous aimerions pouvoir faire appel à une miséricorde magique qui rembobinerait le film pour le faire reprendre avant que nous n’ayons commis le péché. Eh bien, ça, ce n’est pas possible. Et n’allons pas faire porter le chapeau à Dieu ! C’est bien ce que dit le texte : Vous dites : La conduite du Seigneur n’est pas la bonne. » Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui n’est pas la bonne ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ?

Cet enchainement de conséquences liées à nos actes, c’est bien ce que Jésus laisse entendre dans l’Evangile : « Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. » Avant d’entrer dans le commentaire de l’Evangile, je veux juste répondre à une question que nous pourrions nous poser : alors, à quoi sert la miséricorde dans ce contexte ? La miséricorde ne pourra jamais empêcher que nos actes mauvais aient des conséquences, elle n’est pas magique et ne peut pas effacer ce que j’ai fait et qui a pu me blesser, blesser les autres et, bien sûr, blesser le Seigneur. La miséricorde, elle va interrompre cette descente aux enfers que je suis en train de vivre et que je peux faire vivre aux autres à cause de mon endurcissement dans le péché. La miséricorde, elle vient ouvrir un chemin de vie là où l’enfermement semblait devoir conduire inéluctablement à la mort. La miséricorde me saisit pour que je ne dégringole pas plus bas et elle me donne la force de me remettre en route. D’où nécessité de recevoir, au moins de temps en temps, le sacrement de la réconciliation.

Dans l’Evangile, il sera encore question de miséricorde, mais de miséricorde à demander au frère quand il m’est arrivé de me mettre en colère contre lui. Quand je me mets en colère contre un frère pour des bricoles, je peux le blesser parce que mes mots, dans ces situations, sont rarement ajustés. Je peux réveiller de vieilles blessures chez lui et il va se dévaloriser. Je peux aussi faire naître chez l’autre de la rancune à mon égard. Et ce mécanisme est terrible parce que c’est moi qui ai péché dans ma manière de réagir et c’est l’autre qui va trinquer ! Eh bien, Jésus nous demande de rétablir la justice : tu as péché, va demander pardon et ne laisse pas ton frère dans une situation épouvantable. « Si, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère. » Si ton frère a quelque chose contre toi, c’est que tu l’as offensé, eh bien, parce que c’est ton frère et parce que c’est toi l’offenseur, tu ne peux pas le laisser dans cette situation où il va se mettre à broyer du noir. Tu t’es mis en colère contre ton frère ne rajoute pas du péché au péché en le laissant baigner dans cet horrible jus de ressentiment.

Et cette injonction, Jésus la place dans le cadre de la prière liturgique. Pour nous qui lisons le texte, c’est évidemment à la messe qu’il nous faut penser. Comment participer tranquillement à la messe si nous avons chargé un frère du poids de notre colère ? Est-ce que nous nous demandons comment le frère que nous avons blessé peut vivre la messe avec tout ce que nous lui avons dit ? 

Par l’intercession de Notre Dame de Laghet demandons la grâce de mesurer les conséquences de tous nos actes et demandons-lui la grâce de pouvoir vivre le pardon fraternel.

Laisser un commentaire