11 août : fête de Ste Claire … les belles qualités de Pierre quand même entachées par des zones d’ombre … Vive le St Esprit !

10 août 2022 1 Par Père Roger Hébert

Lectures propres à la fête de Ste Claire : Phil 3,8-14 Mt 19,27-29

Vous savez que dans l’Evangile, il y a un apôtre qui a comme surnom, Didyme, c’est-à-dire jumeau, cet apôtre, c’est Thomas, il était surnommé ainsi parce qu’il avait sûrement un jumeau et sans doute aussi parce que nous sommes un peu tous ses jumeaux, nous qui avons besoin de voir pour croire. Je pense qu’il y a un autre apôtre qui aurait mérité le surnom de jumeau, c’est Pierre parce qu’il a des millions et des millions de jumeaux, frères ou sœurs ! Pour moi, c’est l’une des personnalités les plus attachantes de l’Ecriture et on le voit bien encore dans l’Evangile que nous venons d’entendre dans lequel il nous est présenté montant une nouvelle fois au créneau pour dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre : quelle sera donc notre part ? » 

Je voudrais souligner 2 aspects de sa personnalité qui se révèlent à travers cette intervention, 2 aspects de sa personnalité dans lesquels nous pouvons nous retrouver. Sachant que ces deux qualités, comme souvent ont un revers un peu plus sombre.

D’abord Pierre est courageux. Jésus vient de faire un enseignement assez décapant sur les dangers qui guettent ceux qui aiment la richesse. Je l’ai dit, ce matin dans mon enseignement, le problème, ce n’est pas d’être riche, mais de savoir ce que l’on fait de notre richesse. Est-ce que je cherche à faire du bien avec mes biens ? Paul le dira de manière forte, la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent, pas l’argent en lui-même, mais l’amour de l’argent parce qu’il empêche de partager. Donc Jésus vient de faire cet enseignement exigeant, tellement exigeant qu’il a fait repartir tout triste le jeune homme riche qui était pourtant habité par une soif d’idéal. Il a conclu cet enseignement en précisant qu’il sera plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. Quelle que soit la manière d’interpréter cette expression « le trou d’une aiguille » il est évident que Jésus invite au désemcombrement par le partage. C’est alors que Pierre en profite pour se placer, mais pas que lui, puisqu’il a été choisi comme chef de ce groupe, il défend aussi les intérêts des autres apôtres à la manière d’un syndicaliste courageux qui ne lâche pas le morceau tant qu’ll n’a pas obtenu satisfaction. « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre : quelle sera donc notre part ? » Retenons ce courage de Pierre que l’on remarque à d’autres endroits dans l’Evangile, par exemple quand il annonce à Jésus qu’il est prêt à mourir pour lui et qui si, tous, l’abandonnent, Jésus pourra compter sur lui ! On le retrouve au moment du lavement des pieds quand il est encore le seul à oser dire tout haut ce que les autres pensent tout bas : Seigneur ce que tu es en train de faire, ce n’est pas normal, c’est le monde à l’envers ! Ce courage, il le montrera encore à Gethsémani, après s’être endormi lamentablement, il tire son épée pour défendre Jésus. 

Pierre un homme courageux, mais, je le disais, cette qualité a son revers plus sombre. D’abord, il est un peu trop fougueux, il fait de grandes promesses qu’il ne pourra pas tenir. Ce courage le propulse souvent en 1° ligne et ça pourrait lui monter à la tête, il pourrait finir par se croire meilleur que les autres. Et puis ce courage, il ne le met pas toujours au service des plus petits, il faisait partie de ceux qui repoussaient les enfants qui voulaient approcher Jésus ou de cet aveugle qui criant si fort perturbait le beau protocole de l’entrée de Jésus à Jéricho. Bref, son courage qui devra être canalisé et mis au service des plus petits pour porter de beaux fruits, mais c’est quand même un vrai courage, retenons ce trait de sa personnalité si nous voulons être de vrais jumeaux avec lui !

Pierre était aussi un homme généreux : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. » C’est vrai que Pierre, comme les autres apôtres d’ailleurs, n’a pas trainé pour suivre Jésus et ça c’est la marque d’une très belle générosité. Mais la générosité de Pierre n’est pas parfaite et c’est peut-être en cela que nous lui ressemblons le plus. Il y a au moins deux ombres au tableau sur lesquelles je voudrais m’arrêter.

– 1° ombre au tableau, sa générosité est une générosité comptable. « Nous avons tout quitté, alors que pouvons-nous espérer de plus que les autres ? Autrement dit, Pierre attend un retour sur investissement, comme nous quand nous faisons du bien en espérant qu’on nous remerciera, que ceux à qui on a fait du bien, resteront reconnaissants toute leur vie ! La générosité est une très belle qualité mais qui a toujours besoin d’être purifiée de ce cancer de la comptabilité qui la gangrène !

– 2° ombre au tableau, c’est que cette générosité n’est peut-être pas aussi extraordinaire que Pierre le laisse entendre en disant : nous avons TOUT quitté. TOUT ? Est-ce aussi sûr ? Récemment, j’ai été intéressé par un petit article que je lisais et qui parlait du fameux épisode où Pierre, entrainant les autres apôtres, retourne à la pêche après la résurrection de Jésus. Avec quoi retourne-t-il à la pêche ? Vraisemblablement avec sa barque qu’il avait dû mettre de côté pour le cas où ! En cela aussi, nous pouvons ressembler à Pierre, nous voulons être généreux, mais en nous assurant quand même quelques réserves pour le cas où ! Bon, c’est humain, mais le problème, c’est que, régulièrement, nous risquons de réévaluer les réserves cachées pour le cas où et elles finissent par devenir un fil à la patte qui nous empêche d’être totalement donnés.

Ces ombres à ces deux belles qualités de Pierre, ce sont précisément elles qui peuvent nous faire dire que nous sommes de vrais jumeaux de Pierre. Mais, ces ombres, n’entacheront pas jusqu’au bout de sa vie les belles qualités de Pierre. Ça c’était avant la Pentecôte, avant le don du Saint-Esprit, après, tout va changer ! Il gardera le même courage et il sera même décuplé, mais ça ne sera pas un courage brouillon, mal orienté, ne défendant pas assez les petits. Il gardera la même générosité et, elle aussi, sera décuplée, elle ne sera plus une générosité comptable attendant des retours sur investissements ! Elle ne sera plus une générosité faisant des réserves pour le cas où, Pierre donnera TOUT puisqu’il se donnera totalement en donnant sa vie, à la suite de son maître pour son Eglise à la tête de laquelle, il avait été établi Pasteur.

Si nous nous reconnaissons jumeaux de Pierre à cause de ces ombres qui trop souvent entachent nos belles qualités, demandons la grâce d’être jumeaux jusqu’au bout en implorant le Saint-Esprit de nous transformer comme il a transformé Pierre. En tout cas, il y en a une qui était jumelle parfaite de Pierre, c’est Sainte Claire que nous fêtons aujourd’hui. Courageuse, elle l’a été pour résister au projet d’une vie réussie, selon les critères du monde, projets que ses parents avaient pour elle. Courageuse, elle l’a été encore quand elle a demandé au Pape que les règles du Droit de l’Eglise soient changées pour permettre à son ordre de ne rien posséder. Courageuse, elle l’a été encore devenant la 1° femme à écrire des constitutions pour un ordre religieux, jusque-là, même pour des ordres féminins, c’était toujours un homme qui écrivait ! Enfin, généreuse, elle l’aura été à l’extrême et d’une générosité jamais comptable qui n’espérait rien en retour et qui ne faisait aucune réserve pour le cas où ! En cela Claire est la parfaite illustration de la 1° lecture : Tous ces avantages que j’avais, je les ai considérés, à cause du Christ, comme une perte. Oui, je considère tout cela comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. Qu’elle intercède pour nous afin que l’Esprit-Saint nous libère de ces ombres qui entachent nos qualités.