23 juin:vendredi 11° semaine temps ordinaire Le cheminement chaotique de Paul … et le nôtre !

C’est le dernier extrait de la 2° lettre aux Corinthiens que nous entendons, cette lettre qui a accompagné notre méditation tout au long de cette semaine. En effet, demain, nous fêterons la nativité du Baptiste, il y aura donc des lectures propres et c’est presque dommage car nous ne pourrons pas entendre ce passage si essentiel de la 2° lettre aux Corinthiens qui nous raconte cet épisode au cours duquel Paul a demandé d’être libéré de cette écharde dans la chair qui le perturbait. Vous connaissez la réponse que le Seigneur fait à cette demande : ma grâce te suffit, c’est quand tu acceptes de reconnaitre ta faiblesse que je peux donner toute ma mesure en toi ! Aujourd’hui, c’est un autre très beau passage de cette lettre qui a été offert à notre méditation et qui prépare celui que nous ne lirons pas demain. D’ailleurs la lecture à l’office de Laudes, ce matin était dans la même harmonique.

Dans ce passage, Paul fait la liste de tout ce dont il pourrait se vanter, être fier, et cette liste est impressionnante. Elle regroupe à la fois ce qu’est Paul et ce qu’il a fait. Et, bien évidemment, tout ce que Paul dit est vrai, il n’a absolument rien inventé de ce qui aurait pu lui permettre de se faire mousser.

  • Commençons par ce qu’il est. Oui, ce qu’il est, aurait pu devenir un vrai sujet de fierté pour lui, ce qu’il est, aurait pu le rendre orgueilleux. Il développera le même thème dans un passage bien connu  l’épître aux Philippiens : Si quelqu’un d’autre croit avoir des raisons de se confier dans la chair, j’en ai bien davantage : circoncis dès le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu fils d’Hébreux ; quant à la Loi, un pharisien ; quant au zèle, un persécuteur de l’Eglise ; quant à la justice que peut donner la Loi, un homme irréprochable. Phil 3,4-6 Pour la religion juive, il était vraiment exemplaire à tous ces égards. Le P. Cantalamessa, commentant ce passage, dira : « ces titres n’étaient pas négatifs, il s’agissait au contraire des plus hauts titres de sainteté d’alors. Avec eux, on aurait pu ouvrir sur-le-champ le procès de canonisation de Paul » Mais Paul refusera de tirer orgueil de ce qu’il est. D’ailleurs, dans l’épitre aux Philippiens, il va conclure l’énumération de ce qu’on pourrait appeler ses titres de gloire par cette mention : Mais tous ces avantages que j’avais, je les ai considérés, à cause du Christ, comme une perte. Oui, je considère tout cela comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. À cause de lui, j’ai tout perdu ; je considère tout comme des balayures, afin de gagner un seul avantage, le Christ. Phil 3, 7-8. Dans le passage de la 2° lettre aux Corinthiens entendu aujourd’hui, Paul tient à peu près le même raisonnement puisqu’il conclut le passage en utilisant une formule assez paradoxale : S’il faut se vanter, je me vanterai plutôt de ce qui fait ma faiblesse.
  • Mais il n’y a pas seulement ce que Paul était qui aurait pu le rendre orgueilleux. Ce qu’il a fait et même ce qu’il a subi par fidélité au ministère reçu est très impressionnant ! Et c’est cela qui lui permet de dire qu’il est au moins autant ministre du Christ que ceux qui le critiquent et sans doute davantage puisqu’aucun des autres ministres, des autres apôtres n’aura subi ce qu’il a subi ! C’est vrai que la liste était particulièrement impressionnante, vous pourrez la relire, elle peut nous aider à relativiser nos épreuves et nos bobos ! Mais, de même qu’il ne voulait tirer aucun orgueil de ce qu’il était, Paul ne tirera aucun orgueil de ce qu’il a fait, de ce qu’il a subi : S’il faut se vanter, je me vanterai plutôt de ce qui fait ma faiblesse.

Avec cette déclaration, comme je le disais en introduction, la voie est ouverte pour la suite, cette suite que nous ne lirons pas, dans laquelle le Seigneur va parachever la formation de Paul. Car, Paul a beau dire qu’il préfère se vanter plutôt de ce qui fait ma faiblesse, il va quand même demander d’être délivré de cette faiblesse, cette pauvreté qu’il appelle de manière très imagée : son écharde dans la chair. Paul veut se glorifier de sa faiblesse qui l’oblige à compter sur le Seigneur, oui, mais il demande quand même d’être délivré de cette faiblesse !

C’est consolant de voir que le grand St Paul est passé par là où nous passons, nous aussi ! Nous voulons, nous aussi, accueillir nos faiblesses comme une chance qui nous oblige à compter sur le Seigneur. Nous voulons croire que nos faiblesses sont l’ouverture salutaire qui permet à la grâce du Seigneur de pénétrer en nous et d’accomplir son travail. Oui, nous voulons le croire, mais nous ne cessons de demander d’être guéris, personnellement ou communautairement, de ces faiblesses ! Le cheminement chaotique de Paul qui ressemble tellement au nôtre montre bien qu’il n’est pas si simple de sortir de ce rêve de perfection, d’impeccabilité qui nous habite, encore une fois, personnellement ou communautairement. Il n’est pas si simple de croire que le Seigneur pourra donner toute sa mesure dans notre faiblesse pour peu que nous la reconnaissions et que nous la tournions vers le Seigneur. Il n’est pas si simple, selon l’expression de Paul, de se glorifier de nos faiblesses, cela exige un long cheminement.

J’aime bien donner aux retraitants ce texte sur la sainteté du père jésuite Yves Raguin que je ne pourrai pas citer, en entier, dans cette homélie, mais que j’ai mis en entier à la fin de l’homélie sur mon blog ! En voici quelques extraits. Si l’on pouvait encore décrire en une phrase la trajectoire de la croissance spirituelle selon l’Evangile, il faudrait dire qu’elle va toujours de la sainteté désirée (on pourrait rajouter de la perfection espérée, mais c’est moi qui le rajoute !) à la pauvreté offerte. Tout commence en effet avec le désir de la sainteté, c’est ce dynamisme qui nous met en route. Au moment de sa conversion, St Ignace voulait faire ce qu’ont fait St Dominique et St François. La vie se charge ensuite de nous révéler la part de rêve et d’illusions que peut comporter un tel désir. C’est alors que nous courons un risque très grave : parce que nous ne sommes pas celui que nous avons désiré être, nous sommes tentés de nous replier sur nous-mêmes, de nous résigner à n’être que ce que nous sommes. Comme si dans l’aventure de la sainteté nous avions été, à un moment ou à un autre, largués, laissés sur le rivage. Il nous faudrait alors essayer d’être d’honnêtes serviteurs de Dieu, humblement résignés à laisser à d’autres la folie de la croix …  Oui, nous ne serons pas le disciple modèle que nous aurions aimé être, mais nous pouvons être la faiblesse, la fragilité qui rayonne l’amour de Dieu, la pauvreté transfigurée par la puissance de la grâce. Il faut, et il suffit pour cela, que nous n’ayons plus rien d’autre à offrir à Dieu que cette pauvreté même. 

Quant à l’Evangile, j’aimerais juste m’arrêter sur cette formule que Jésus utilise : « La lampe du corps, c’est l’œil. » Il y a d’autres paroles qui pourraient nourrir notre méditation personnelle au cours de cette journée, je pense particulièrement à celle-ci : « là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » Mais cette parole n’est pas compliquée à comprendre, c’est pourquoi je préfère m’arrêter sur « La lampe du corps, c’est l’œil. » Pour comprendre ce que Jésus veut dire, le plus simple, c’est sans doute de regarder comment fonctionnaient ses yeux à lui. Très souvent dans les Evangiles, une rencontre, un miracle va être déclenché par un regard : Jésus voit et souvent il nous est dit qu’il est « ému de compassion ». C’est-à-dire que ses yeux sont directement branchés sur son cœur et, comme le cœur dans la Bible, c’est le lieu où se prennent les décisions, Jésus est poussé à agir en raison même de ce qu’il voit.

Et nous, nos yeux sont branchés sur quoi ? Sur notre machine à juger ? Si, dès que nous voyons quelqu’un, c’est un jugement qui monte en nous, ça signifie que nos yeux sont branchés sur notre machine à juger. Et Dieu sait si cette machine à juger peut occuper de la place en nous vis-à-vis de certaines personnes ! Si, dès que nous voyons quelqu’un, ce sont plus souvent des paroles de reproches que des paroles d’encouragement qui sortent de nos lèvres, alors c’est le signe que nos yeux ont un double branchement : un fil sur la machine à juger et un fil sur la langue. Non, c’est sur le cœur et rien que sur le coeur que doivent être branchés les yeux ! Prenons la décision, aujourd’hui de vérifier nos branchements et, avec la grâce de Dieu, de reconnecter ce qui doit l’être. Rappelons-nous que l’enjeu est grand puisque Jésus nous dit : « La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. »

LA SAINTETÉ P : Yves Raguin

Si l’on pouvait encore décrire en une phrase la trajectoire de la croissance spirituelle selon l’Evangile, il faudrait dire qu’elle va toujours de la sainteté désirée à la pauvreté offerte.

Tout commence en effet avec le désir de la sainteté : la conversion, le premier appel à la vie religieuse. C’est ce dynamisme qui nous met en route. « Faire ce qu’ont fait St Dominique et St François » : tel fut le premier rêve d’Ignace de Loyola au temps de sa conversion ! La vie se charge ensuite de nous révéler la part de rêve et d’illusions que peut comporter un tel désir. C’est alors que nous courons un risque très grave : parce que nous ne sommes pas celui que nous avons désiré être, nous sommes tentés de nous replier sur nous-mêmes, de nous résigner à n’être que ce que nous sommes. Comme si dans l’aventure de la sainteté nous avions été, à un moment ou à un autre, largués, laissés sur le rivage. Il nous faudrait alors essayer d’être d’honnêtes serviteurs de Dieu, humblement résignés à laisser à d’autres la folie de la croix.

Raisonner ainsi, c’est confondre la perte de nos illusions avec la mort de l’appel. C’est oublier que cette purification douloureuse de nos suffisances et de nos illusions est nécessaire pour que nous puissions entendre de que le P. Voillaume a appelé le second appel, l’appel à la sainteté, non plus désirée dans la recherche de notre perfection, mais vécue dans l’offrande de notre pauvreté. Oui, nous ne sommes pas celui que nous aurions voulu être, la vie nous a révélé nos faiblesses, nos limites ; les circonstances ne nous ont pas permis de développer tel ou tel aspect de notre personnalité ; l’Esprit nous a conduit sur des chemins qui n’étaient pas ceux que nous avions prévus ; le péché nous a fait négliger les sources de la vie et conduits aux fontaines crevassées où nous nous sommes attardés. Que de temps et de grâce avons-nous gaspillés, Dieu seul le sait ! Mais Dieu nous reste fidèle, et pour nous sanctifier il n’a besoin que de notre humble disponibilité à l’accueillir.

Nous ne serons pas le disciple modèle que nous aurions aimé être, mais nous pouvons être la faiblesse, la fragilité qui rayonne l’amour de Dieu, la pauvreté transfigurée par la puissance de la grâce. Il faut, et il suffit pour cela, que nous n’ayons plus rien d’autre à offrir à Dieu que cette pauvreté même. Et c’est bien là, les mystiques en témoignent après Jésus, le terme de toute croissance spirituelle : « En tes mains je remets mon esprit. »  (Luc 23, 46.).     

Cette publication a un commentaire

  1. Jean Marc

    Peut-être en complément de cette homélie travaillée sous le couvert du Saint Esprit.

    PAPE FRANÇOIS, RENCONTRESDiscours aux chanoines réguliers du Latran, 19 juin 2023 © Vatican Media
    Discours Aux Chanoines Réguliers Du Latran, 19 Juin 2023 © Vatican Media

    Quatre étoiles qui rendent l’apostolat des religieux lumineux selon le pape
    Extrait de son discours aux chanoines réguliers du Latran

    JUIN 21, 2023 19:12RÉDACTIONPAPE FRANÇOIS, RENCONTRES
    WhatsAppMessengerFacebookTwitterPartager
    Share this Entry
    Par Valentina di Giorgio

    Lundi matin, 19 juin, le pape a reçu en audience les chanoines réguliers du Latran. Après avoir rappelé leur histoire, le pape a rappelé que leur tradition s’inspire de la communauté chrétienne primitive et leur a indiqué « quatre constantes charismatiques de leur histoire » qu’il a appelées les « quatre étoiles » qui rendent leur apostolat lumineux et pertinent.

    La prière, parce qu’elle est l’oxygène de l’âme. « Si vous ne priez pas, vous serez votre propre dieu. Tout égoïsme naît d’un manque de prière. Je vous le demande : faites un examen de conscience, chacun de vous, décidez combien d’heures par jour vous priez. Chacun de vous ».
    La Communauté : ce que j’ai dit, « soyez frères ; et je vous donne un conseil : ne faites jamais de commérages les uns sur les autres, jamais ! Les commérages sont un fléau. Je vous dirai que je vous donne, à propos de la critique, un écrit du secrétaire de la Congrégation de Propaganda Fide, lisez-le bien. La critique est un fléau, elle détruit les communautés. Pas de critique ».
    Et puis « l’usage commun des biens» : une chose sage, toujours… Le diable entre par les poches ! « Pensez au moment où Jésus dit : « Vous ne pouvez servir deux maîtres, soit vous servez Dieu – et ici je m’attendrais à ce qu’il dise : ou vous servez le diable – mais au lieu de cela il ne dit pas le diable, mais « l’argent », comme s’il était pire que le diable. C’est curieux. Le diable va toujours, toujours dans les poches».
    Et la quatrième : « L’esprit de service de l’Église». Ne pas vivre pour soi mais servir, voilà les quatre étoiles.
    À la question de savoir comment renouveler la vie religieuse, le pape a répondu : « laissez-vous guider par vos quatre étoiles ».

    JUIN 21, 2023 19:12PAPE FRANÇOIS, RENCONTRES
    WhatsAppMessengerFacebookTwitterPartager
    Share this Entry
    Rédaction
    Avatar

    View all articles

    FAIRE UN DON
    Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

    Faire un don
    Le pape François reçoit en audience le nouveau Prince de l’Ordre de Malte
    « L’Eucharistie est plus qu’un symbole, c’est la présence réelle et aimante du Seigneur »

    S’ABONNER À NOTRE

    NEWSLETTER QUOTIDIENNE

    Prénom
    Nom de famille
    E-mail *
    Nous envoyons la newsletter le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi

    TWEETS DU PAPE
    DERNIÈRES NOUVELLES
    Le Saint-Père reconnaît les vertus héroïques de soeur Lucie – 8 titres, vendredi 23 juin 2023 juin 23, 2023
    Le pape François s’adresse aux participants de la Réunion des organismes d’aide aux Églises orientales (ROACO) juin 23, 2023
    Le chrétien n’a pas peur, il a foi et il sait que Dieu veille constamment sur lui, par Mgr Francesco Follo juin 23, 2023
    Pour la sixième fois, le pape envoie un cardinal en Ukraine juin 23, 2023
    France : La Nuit des Veilleurs, pour le soutien aux victimes de la torture juin 23, 2023
    TOP NEWS
    Cardinal Gianfranco Ghirlanda, SJOrdre de Malte : Le pape…
    Le Cardinalis Patronus est le représentant personnel du…
    Fidèles priant © Cathopic Exe LobaizaLe pape François se prono…
    Il donne un élément de discernement important
    Discours aux chanoines réguliers du Latran, 19 juin 2023 © Vatican MediaQuatre étoiles qui renden…
    Extrait de son discours aux chanoines réguliers du Latr…
    CALENDRIER
    juin 2023
    L M M J V S D
    1 2 3 4
    5 6 7 8 9 10 11
    12 13 14 15 16 17 18
    19 20 21 22 23 24 25
    26 27 28 29 30
    « Mai
    PAPE FRANÇOIS
    © http://www.cathobel.be
    Belgique : Mgr Luc Terlinden, nouvel archevêque de Malines-Bruxelles
    Sa devise épiscopale : « Fratelli tutti »

    Discours du pape François aux participants au 34e Chapitre général des Assomptionnistes
    « Aimer le Christ, aimer la Vierge Marie et aimer l’Église »
    Discours du pape François aux participants au 34e Chapitre général des Augustins de l’Assomption (Assomptionnistes)

    Cardinal Gianfranco Ghirlanda, SJ
    Ordre de Malte : Le pape remplace le cardinal Burke par le jésuite Ghirlanda
    Le Cardinalis Patronus est le représentant personnel du pape auprès de l’Ordre

    23.06.2023
    To Artists for the 50th Anniversary of the Inauguration of the Vatican Museums’ Collection of Modern Art (23 June 2023)
    22.06.2023
    To the Participants in the Reunion of Aid Agencies for the Oriental Churches (R.O.A.C.O.) (22 June 2023)
    19.06.2023
    To the Organizing Committee of the National Eucharistic Congress in the United States of America (19 June 2023)
    19.06.2023
    Apostolic Letter « Sublimitas et Miseria Hominis » of the Holy Father Francis on the Fourth Centenary of the Birth of Blaise Pascal (19 June 2023)
    18.06.2023
    Angelus, 18 June 2023
    15.06.2023
    Third World Day for Grandparents and the Elderly, 2023: « His mercy is from age to age » (Lk 1:50)
    15.06.2023
    Message of His Holiness Pope Francis to Participants in the Summer School of Astrophysics of the Vatican Observatory (15 June 2023)
    14.06.2023
    To the Security Council of the United Nations (14 June 2023)
    13.06.2023
    Seventh World Day of the Poor, 2023: « Do not turn your face away from anyone who is poor » (Tob 4:7)
    10.06.2023
    World Meeting on Human Fraternity « Not Alone » (#NotAlone) (10 June 2023)

    Qui sommes nous? La propriété Les services Diffusion Mentions Legales Droits d’auteur Contactez nous

    Copyright © 2023 ZENIT. All Rights Reserved.

Laisser un commentaire