Pèlerinage en Terre Sainte Première semaine

Mardi 4 juin

Je reprends mon blog après des semaines où je n’ai rien écrit !
Il faut dire que la retraite de 30 jours était une retraite “débranchée” !

Une nouvelle étape dans ma très belle année sabbatique ! Je pars pour un mois en Terre Sainte. Je vais loger à Jérusalem, maison de l’Ecce Homo. Cette maison est tenue par la communauté du Chemin Neuf. Elle se trouve dans le vieux Jérusalem, sur le parcours du Chemin de Croix, donc proche du St Sépulcre. C’est là que Jésus a été présenté à Pilate qui a justement dit : voici l’homme ! Ecce Homo !
Mon programme : vendredi soir, je commence un trek organisé la communauté avec un groupe. Nous resterons à Jérusalem samedi et dimanche. Puis nous partirons pour notre traversée de la Samarie.
Lundi, nous prenons le bus pour Burquin, lieu où l’on fait mémoire de la guérison des 10 lépreux. Et nous commencerons notre marche qui nous conduira à Jericho samedi et dimanche retour à Jérusalem.
J’espère que je tiendrai le coup pour la marche, 15 km/jour sous un soleil de plomb ! Je n’ai plus l’habitude non plus d coucher par terre sur un petit matelas auto-gonflant ! Ça me rappellera l’époque bénie où je faisais les camps !
Et ensuite, j’aurais tout le temps d’aller sur les différents sites bibliques, avec ma bible pour me remplir les yeux et surtout le cœur !
D’ailleurs, mon cœur est déjà bien rempli de toutes les intentions qui m’ont été confiées… mais il y a encore de la place.
J’essaierai, le plus souvent possible de vous faire partager, en photos, ce que je vis !

La porte de Damas par laquelle j’entre dans la vieille ville pour rejoindre la maison de l’Ecce Homo

Je suis arrivé à Jérusalem à 13h30 heure locale (une heure de décalage). Les formalités se sont bien passées même si je ne parle pas anglais, mais avec Google Traduction, je m’y mets un peu ! 
Ensuite j’ai pris un Sheirout (mini-bus taxi collectif) qui part quand il est plein ! Arrivé à Jérusalem, il m’a déposé à 5mn de la porte de Damas, c’est la photo que je poste, il y en aura d’autres demain ! Et là, avec ma valise et mon sac à dos (les deux assez lourds) j’ai marché 1/4h dans le souk pour parvenir à la maison de l’Ecce Homo. Bien accueilli, bien installé. Merci Seigneur !

Ce soir 1° repas “à la maison” il y avait du monde car une session biblique d’un mois commençait, animée par les soeurs de Sion qui ont fait appel au Chemin Neuf pour les renforcer.
A table, je suis avec des membres de la communauté et des jeunes volontaires, il y en a même un qui est de Péronnas … le monde est petit !
Après le repas, photos sur la terrasse, mais elles ne sont pas géniales, je ferai mieux demain à la terrasse supérieure, mais je n’ai pas trouvé comment y monter ! Et je règlerai mieux mon appareil !

J’ai corrigé la légende des photos qui n’était pas juste, je m’en suis rendu compte en voyant de jour !

Jérusalem by night ! En arrière plan, une des nombreuses mosquées du quartier arabe
En arrière plan le dôme de la Mosquée du Dôme de la Roche sur l’esplanade des mosquées et cette tour de de devant qui est un minaret
la même photo de jour !

Mercredi 5 juin

Ce matin, comme tous les matins, messe à 7h célébrée par un père jésuite, je concélèbre. Petit déjeuner et vers 9h, Viera, une des membres de la communauté me fait visiter la maison … Mon Dieu que c’est compliqué de se repérer ! Mais je finirai par y arriver.
Ensuite, je pars au St Sépulcre, c’est assez bien indiqué pour y aller (ça sera plus difficile pour revenir !) Il y a, évidemment beaucoup de monde, je ne fais qu’un petit tour, je reviendrai de bonne heure un matin !

L’esplanade du St Sépulcre, j’ai profité d’un moment où il n’y avait pas trop de monde !
Le “monument” qui enchâsse ce que fut le tombeau du Christ a été refait, beaucoup de gens font la queue. Pour entrer, à certains moments il faut attendre plus d’une heure pour rester quelques secondes à l’intérieur !
L’entrée dans la 1° “pièce” et ensuite, il faut bien se baisser pour entrer dans la 2° !

Ensuite je reviens “à la maison” pour le repas de midi après m’être bien perdu dans les souks mais on finit toujours par se retrouver ! A propos des souks, le ramadan s’est fini hier (on a entendu les coups de canon qui annonçaient cette fin !) les musulmans ont donc fait la fête, et ils continuent, alors tout est fermé dans le souk arabe !

Un souk vide avec magasins fermés, c’est rare !

Après le repas, une petite sieste et je sors dans la canicule pour aller à l’église Ste Anne, territoire français ! Je n’ai même pas fait de photo de cette magnifique basilique qui date des croisés avec une acoustique extraordinaire, c’est pour cela qu’elle n’a pas été détruite par le sultant Hakim le Fou qui, à cause de cette acoustique l’avait transformée en école coranique.
Ste Anne est la maman de Marie et donc la grand-mère de Jésus ! J’ai prié ici aux intentions qui m’ont été confiés par des grands-parents concernant leurs petits-enfants.

Marie et sa Anne, sa maman

Et puis, de là, je suis allé sur le mont des Oliviers en montant jusqu’à l’église du “Dominus Flevit” qui rappelle ce lieu où Jésus a pleuré sur Jérusalem. Evangile de Luc 19,41-44. Et ça monte pas mal pour y aller … avec le soleil, ça chauffait ! En ce lieu, j’ai demandé au Christ qu’il me donne, à moi et à tous les chrétiens, sa compassion.

Derrière l’autel de l’église, une fenêtre permet de voir Jérusalem avec la mosquée du Dôme de la Roche, avec son dôme en or, juste à droite de la branche horizontale de la croix.

Je suis redescendu ensuite au jardin des Oliviers et j’ai passé plus d’une heure dans l’église des nations qui abrite le lieu où Jésus, au jardin des oliviers a demandé à ses apôtres de veiller avec lui et ils se sont endormis. J’aime prier dans cette église et j’en ai profité pour me confesser car ce sont mes péchés (et les vôtres !) qui lui ont fait transpiré du sang !

Le jardin des oliviers avec ces très très vieux arbres qui ont pu, même si ça parait très étonnant, être les témoins de la prière du Christ
Quand le pape Paul VI était venu à Jérusalem, il avait planté un olivier ici, cette pancarte l’indique.
L’église des nations qui enchâsse la pierre de Gethsémani sur laquelle Jésus a prié avec une mosaïque sur la voute qui représente cette scène
La pierre sur laquelle Jésus a prié et transpiré du sang pour vous, pour moi !

En descendant, je suis passé à la grotte de Gethsémani juste en face du jardin des oliviers, un lieu peu visité mais qui garde le souvenir de nombreux passages de Jésus quand, pendant son ministère, il venait prier au jardin des Oliviers. C4est peut-être là qu’a eu lieu la rencontre avec Nicodème. Evangile de St Jean 3,1-9

La grotte de Gethsémani

Et puis, j’ai fini par l’église de la dormition, église orthodoxe. Pour les orthodoxes, Marie n’est pas morte, elle s’est endormie et a été transportée au ciel. Cette église, très souterraine est très chargée, comme souvent les églises orthodoxes.

Retour à la maison vers 17h30 bien transpirant … je n’avais pas pris d’eau, je bois au moins deux litres à la suite !
Puis c’est l’adoration, comme tous les soirs à 18h pour conclure cette journée. J’en profite pour méditer les textes de demain puisque c’est moi qui célèbre et qui ferai donc une petite homélie.
Repas du soir qui me permet de mieux connaître les membres de la communauté et les volontaires. Nous avons toujours de beaux échanges !
A demain !

Jeudi 6 juin

Ce matin, à la messe, nous avions le texte de l’évangile de St Jean (17,20-26) la fameuse prière de Jésus pour l’unité. J’ai fait une petite homélie pour expliquer que, en grec, il y a deux mots pour dire « comme » os et kathos. Peu importe si vous ne retenez pas ! Mais c’est vrai que, en français, le mot « comme » peut avoir deux sens différents. Par exemple, je peux dire : je voudrais arriver à jouer au foot comme Mbapé ! Tous ceux qui se fixent cet objectif qui sera bien difficile à atteindre veulent imiter Mbapé. Le mot « comme » désigne donc un rapport d’imitation. Mais si je dis : j’ai les yeux bleus comme ma maman. Le mot comme indique, dans ce cas, un rapport de causalité. Je n’ai rien fait de particulier pour avoir les yeux bleus, ça m’a été donné par ma mère. Si j’avais eu les yeux marrons, j’aurais pu chercher à imiter ma mère, ça n’aurait rien changé, mes yeux seraient restés marrons. Eh bien quand Jésus dit : qu’ils soient un comme nous, il ne parle pas d’un rapport d’imitation mais de causalité. C’est-à-dire que Jésus ne nous demande pas d’imiter le rapport qu’il entretient avec son Père, c’est pas possible, c’est trop fort pour nous. Mais il dit comme nous, c’est-à-dire : s’ils sont vraiment unis à nous, ils deviendront comme nous. Comme moi, j’ai eu les yeux bleus comme ma mère à qui j’étais très uni puisque dans son ventre ! Donc le secret de l’unité, ce n’est pas de chercher à imiter la relation qu’entretient Jésus à son Père, le secret c’est de leur être uni.

Je suis parti sans avoir d’idée bien préconçue du lieu où j’allais !
Finalement j’ai opté pour ce que nous appelons de manière habituelle « le mur des lamentations » et qu’on appelle plus officiellement le mur occidental. Ce mur est ce qui reste du grand Temple de Jérusalem, toutefois, ce n’était pas un mur du Temple mais un mur de soubassement.
J’ai bien fait de venir car c’était jeudi, une des deux journées où se célèbrent les Bar Mitsva (on pourrait dire que c’est l’équivalent de notre profession de foi … mais qui se célèbre individuellement. C’est une belle fête, le jeune (13 ans) est accompagné par sa famille en musique très joyeuse devant le mur, il va être revêtu du châle de prière et des téfilins, ces lanières de cuir contenant des paroles de la Torah … tout cela dans une belle ambiance de fête. Avec le problème que les femmes ne peuvent pas pénétrer dans le même lieu que les hommes ! Elles tentent donc de participer à travers la barrière qui sépare hommes et femmes. Quelques photos vous montreront d’abord que j’y étais et vous donneront une idée de ce qui se passe dans cette fête.

Rabbi Roger !
Ce jeune a été revêtu du châle de prière et pose pour la photo

Ensuite, il n’était pas possible de rejoindre l’esplanade des mosquées (juste au-dessus du mur) qui était fermée, réservée aux musulmans en ces jours qui clôturent le ramadan. Je suis donc allé à l’église de la dormition de la Vierge, l’église des catholiques puisque j’ai déjà parlé de celle des orthodoxes à Gethsémani. Quelle est la bonne ? Comme souvent, ici, il ne faut pas se battre sur l’authenticité mais percevoir le message qui nous est adressée. A Gethsémani, il nous est dit que Marie est entrée dans l’éternité en ce lieu où son divin Fils a tant souffert pour nous. Et ici, tout près du cénacle, il nous est dit que Marie est entré dans son éternité tout près du lieu où son divin Fils a voulu se donner librement et par amour avant qu’on ne le fasse mourir et dans ce lieu où elle a accompagné les apôtres dans ce temps de prière qui les préparait à recevoir le St Esprit. Dans ces deux lieux, on le voit, Marie est étroitement associée au mystère du Salut accompli par Jésus … c’est toute la théologie mariale du concile Vatican II ! Dans cette église, il y a de magnifiques mosaïques. J’ai pris le temps de prier le chapelet aux intentions qui me sont confiées.

En sortant, je suis donc allé au Cénacle, lieu de l’institution de l’Eucharistie et de la Pentecôte. Mais, là, comme en d’autres lieux, il faut bien fermer les yeux pour imaginer car cette pièce a été transformée en mosquée dans le passé (on le voit sur une photo) et, aujourd’hui, il n’est pas possible de célébrer l’Eucharistie dans ce lieu si symbolique, seul le pape a pu le faire et comme je ne suis pas le pape (du moins pas encore !) j’ai dû me contenter de prier au milieu du brouhaha des visiteurs (je ne sais pas si on peut toujours parler de pèlerins !)

Petite visite au tombeau du roi David, je n’ai pas fait de photos. Et puis je suis parti pour une petite marche qui m’a conduit porte de Jaffa où j’ai pris un billet pour faire la promenade sur les remparts. C’est une bonne marche avec pas mal d’escaliers inégaux et avec des marches assez hautes. Je n’avais encore jamais fait cette marche, c’était très bien même s’il faisait très chaud puisque c’était vers midi ! A la sortie, j’ai encore marché un moment (il faut que je m’entraine pour le trek !), j’ai mangé un kébab et je suis rentré, douche (j’ai tellement transpiré !) et sieste réparatrice.

Ensuite je suis retourné au St Sépulcre, je sais maintenant y aller sans problème et en revenir sans me tromper ! J’ai commencé par prendre un bon temps de prière dans le seul lieu tranquille du St Sépulcre, la chapelle de la prison. Cette chapelle, je l’avais découverte lors de mon pèlerinage avec le père Bernard Michon qui fut mon prof de Bible au séminaire et qui était le responsable des Foyers de Charité. Et puis, il y a eu un incendie, elle a été très abimée et donc fermée pendant des années (tous les derniers pèlerinages que j’avais faits, impossible d’y entrer !) et, là, elle est ouverte, entièrement restaurée … mais très peu de monde y passe, tant mieux ! Et ceux qui viennent ne savent pas de quoi il s’agit, donc, il reparte aussi vite. Pourquoi cette chapelle porte-t-elle le nom de prison ? Tout simplement parce que lorsque Jésus est arrivé au Golgotha, il semble (selon une tradition) que le trou pour mettre sa croix n’était pas fini. On l’a donc mis « comme en prison » avec des soldats pour le garder en attendant que tout soit prêt. Le pauvre, on aurait bien pu le laisser seul, dans l’état où il était, il ne serait pas allé très loin ! J’aime beaucoup ce lieu très calme et qui est témoin d’un moment qui a dû être bien difficile pour Jésus qui devait se demander quand tout cela allait s’arrêter. (Les photos viendront !)

J’ai profité de mon passage au St Sépulcre pour me faire inscrire pour une nuit à passer. En effet, en s’inscrivant auprès des franciscains, on peut se faire enfermer une nuit. Ils prennent 15 personnes à la fois. Pour moi ça sera la nuit du 19 au 20 juin. Evidemment, je vais essayer de ne pas dormir. J’ai prévu de reprendre dans ma prière, au cours de cette nuit, toutes les intentions qui m’ont été données et de relire tout le cahier de notes que j’ai prises au cours de ma retraite de 30 jours : j’ai écrit plus de 150 pages !

Ce soir repas avec la communauté (juste entre nous) Agnès qui est la responsable du Trek est arrivée et nous avions aussi une invitée. A demain !

Vendredi 7 juin

Quelle belle et bonne journée ! Je mesure la chance que j’ai de pouvoir choisir les lieux où je veux aller et le temps que je veux y rester ! Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller à St Pierre in Gallicante et c’est tout ! J’y suis resté au moins 4 heures ! Vous aurez compris que j’aime particulièrement ce lieu qui me parle tant.
C’est donc le lieu où se trouvait le palais du grand prêtre et c’est là, dans la cour que Pierre a renié Jésus 3 fois d’où le nom Gallicante car, en latin, gallius = coq et cante = chant. C’est donc là que s’est réalisée la prophétie de Jésus : avant que le coq ne chante tu m’aurais renié 3 fois … alors que Pierre avait dit : ils peuvent tous partir, moi je resterai fidèle jusqu’à la mort ! La magnifique porte d’entrée en bronze de l’église représente cela.

la porte d’entrée de l’église, Pierre est à droite et fait le malin !

L’église en elle-même ne me parle pas plus que cela sinon la belle mosaïque au fond représentant Marie avec une couronne d’épines et autres instruments de torture dans le ventre. C’est la prophétie du vieillard Syméon qui s’accomplit quand Marie et Joseph avaient présenté Jésus au Temple : et toi, un glaive de douleur te transpercera le coeur. La passion commence et Marie va partager les souffrances de son Fils.

La mosaîque représentant Marie associée aux souffrances de Jésus

En dessous de l’église, il y a une crypte avec 3 belles icônes, la première représente le regard de Jésus qui se pose sur Pierre, Jésus est déjà ligoté, il sort de son procès truqué qui le condamne si injstement et il croise Pierre qui vient de le renier. La scène du reniement est représentée en arrière-plan, remarquez que l’auréole de Pierre lui a été enlevée … il vit comme une descente aux enfers ! Il y a aussi une colonne (dont il faudrait parler longuement !) avec un coq au sommet. Regardez les pieds de Pierre, ils vont dans la direction opposée à Jésus et ses mains qui montrent bien qu’il ne veut pas être ligoté comme Jésus, Pierre a encore du chemin à faire.

L’icône suivante au centre du choeur représente Pierre qui pleurt, il est dans le noir, il vient de se rendre compte de ce qu’il a fait ! C’est dans le regard de miséricorde qu’il a compris la profondeur de son péché ! Notez que Pierre a retrouvé son auréole, signe que Jésus lui a vraiment pardonné son péché !

Enfin, il y a la belle scène où Jésus le prend à part, après la résurrection et lui demande par 3 fois : m’aimes-tu ? Jésus le confirme dans sa charge en lui donnant ce bâton pastoral. C’est un texte d’évangile tellement beau qui peut si bien nous parler. Jésus ne nous demande finalement qu’une seule la chose, la même qu’il a demandée à Pierre : m’aimes-tu ?

Jésus confirme Pierre dans sa charge

Mais le meilleur reste à venir !
Une fois condamné, la tradition affirme que Pierre a dû être emprisonné dans l’enceinte du palais du grand-prêtre peut-être en attendant de comparaitre devant le sanhédrin, mais surtout en attendant d’être conduit à Pilate. Des fouilles ont montré que, effectivement, il y avait une prison dans cette enceinte, les trous dans le rocher permettant de passer des cordes pour attacher le condamné debout le prouvent.

Les trous dans le rocher permettaient d’attacher le condamné debout sans qu’il n’ait la possibilité de se reposer

Jésus a peut-être été attaché comme ça pendant qu’on allait le fouetter. Mais on pense plutôt qu’il a été enfermé dans une citerne dans laquelle on peut descendre et vraiment c’est très émouvant de penser que Jésus a été seul une grande partie de la nuit … après l’angoisse de Gethsémani, un autre moment difficile !

la citerne avec un pupitre permettant de méditer le psaume 88

En plus, il est possible que cette citerne qui ne contenait plus d’eau ait servi d’égout et que Jésus pataugeait dans une boue nauséabonde. Pour le mettre dans cette citerne, on l’a fait descendre par une corde … Tout ça pour moi, pour vous, pour chacun de nous, pour nous sauver ! Jésus a forcément prié dans cette solitude terrible, dans cette angoisse imaginant bien ce qui allait se passer. Comme tous les juifs, il connaissait les psaumes par coeur et, au fond de ce trou, c’est sûrement le psaume 88 (87) qui est monté sur ses lèvres. Vous le relirez, c’est étonnant !

Cette représentation nous laisse imaginer la scène

Je vous joins une photo d’explications que l’on peut lire …

panneau explicatif

Au petit matin, on le sort et par l’escalier que vous voyez ci-dessous on le conduit à Pilate, c’est à dire dans la maison où je loge ! Vraiment les fouilles archéologiques ont mis à jour des trésors en ce site tenu par les assomptionistes.

Vous comprenez pourquoi je suis resté si longtemps, j’ai encore prié aux intentions qui me sont confiées en présentant au Seigneur tous ceux qui se sentent comme “enfermés” dans une situation dramatique dont ils ne voient pas d’issue. J’ai relu tranquillement toute la passion. Et, comme entre 12h30 et 13h il n’y avait personne, j’ai pu dire un chapelet entier dans la fosse en étant parfaitement tranquille !

Les participants au trek commencent à arriver. Nous nous retrouvons à 18h. Samedi et dimanche, nous sommes encore à Jérusalem pour des visites et célébrations et nous partons lundi en bus (ligne régulière) pour commencer la traversée de la Samarie.
Je ne sais pas si j’arriverai à remplir mon blog au fur et à mesure !

Samedi 8 juin

La journée se passe avec le groupe qui fera le trek. Il y a Jacques, un homme d’âge mûr qui vient de Lyon ; Aude et Gaëtan, un couple en lien avec la communauté, ils habitent la région parisienne ; Laurent, un jeune qui est infirmier militaire sur un bateau ; Louis-Marie, un jeune qui est sous-officier dans l’armée ; Anne, une jeune de la région parisienne ; Aliénore, une jeune qui est également de la région parisienne et Baptiste, ce jeune de Péronnas et, bien sûr, Lysanne de la maison et Agnès de la communauté qui est la resposable du trek, guide.

Nous commençons la journée en priant puis Agnèse fait un grand exposé historique pour comprendre ce pays, la ville de Jérusalem.
Ensuite nous allons au mont des Oliviers, quelques explications sur la vue de Jérusalem et toutes ces sépultures juives que l’on voit. En face de nous, il y a l’une des 8 portes de Jérusalem , la porte dorée, mais qui est une porte fermée ! La tradition juive explique que, lorsque le Messie viendra, le mont des Oliviers va se fendre en 2, la partie Nord glissera vers le Nord et la partie Sud vers le Sud et le Messie arrivera par le centre et entrera à Jérusalem par cette porte dorée qui s’ouvrira et tous les morts ressusciteront en commençant par ceux qui sont tout proches de cette porte … d’où l’explication de ces tombes : ceux qui ont de l’argent achètent une concession ici pour être dans les premiers à ressusciter !
Nous passons un bon temps de lecture des Evangiles à l’église du Dominus Flevit dont j’ai déjà parlé puis nous descendons à Gethsémani et retour à la maison pour un pique-nique.
L’après-midi, nous partons à la l’église de la Dormition dont j’ai déjà parlé et le St Sépulcre où il n’y a pas trop de monde.

Le temps de méditation dans le jardin du Dominus Flevit qui est un autre jardin des oliviers, l’officiel se retrouve juste en-dessous !

Nous rentrons à la maison pour un enseignement du frère Marco, un franciscain qui habite tout près de l’Ecce Homo et qui est un exégète. Il nous fait une intervention sur le sens de la fête de Shavouoth (Pentecôte) dans le judaïsme au temps de Jésus. Pour lui, l’explication qu’on donne souvent en disant qu’à l’époque de Jésus, cette fête avait un double sens : fête des prémices et fête mémorial du don de la Loi ne tient pas. La fête liée au don de la loi est une signification beaucoup plus tardive cers le 6° siècle. Pour lui, à l’époque de Jésus, et donc dans les Actes, cette fête était une action de grâce liée à l’agriculture pour célébrer la générosité de Dieu qui donnait de bonnes récoltes et c’est pour cela qu’on apportait au Temple les prémices des récoltes. En ce sens, Pentecôte célèbre aussi la géérosité de Dieu qui répand son Esprit sur toute chair, un Esprit qui nous permettra de porter de beaux fruits.
Ensuite les soeurs de Sion qui sont les occupantes historiques de l’Ecce Homo nous invitaient à “une entrée en dimanche”. Ces soeurs, comme leur nom l’indique ont une mission en lien avec le judaïsme. Alors, comme les juifs font une entrée en Shabbat, elles font une entrée en dimanche. On s’est réuni à la salle manger, très belle table avec un rituel intéressant de partage de nos vies, de partage de la Parole, bénédiction du pain et bénédiction du vin suivi du repas fraternel.

Après la messe, nous célébrons la messe de Vigile de Pentecôte. A l’homélie, je raconte (c’est Lysanne qui m’avait suggéré de le faire !) tous les obstacles que j’avais rencontré pour aller au Burundi la 1° fois ! Tout cela pour insister sur le fait que lorsque l’Esprit-Saint nous appelle, le “mauvais esprit” comme l’appelle St Ignace cherche à nous mettre des bâtons dans les roues, mais si nous restons fidèles à l’appel de l’Esprit-Saint, les obstacles tombent les uns après les autres. Le problème, c’est que nous, nous disons : Seigneur, enlève les obstacles et j’avancerai et le Seigneur nous répond : avance et j’enlèverai les obstacles ! Nous avons bine besoin du St Esprit pour nous donner l’audace d’avancer dans ces moments -là !

Et maintenant, il faut aller voir l’article qui parle de la 2° semaine !